Turin et Alba : Eat-aly tour #1

Turin

Restauratrice et lyonnaise, je vis non loin de la frontière italienne. Et pourtant, je n’y suis jamais allée… Le mois dernier j’ai voulu en savoir plus sur la Péninsule et surtout sur sa gastronomie. J’ai essayé de m’éloigner des clichés pour mener mon enquête et dénicher les spécialités locales de chaque ville. J’ai donc fais un itinéraire dans une bonne partie de l’Italie du nord pour combler mes lacunes culinaires.

Accrochez vos ceintures ! 
Je vous emmène sur la route de mon “eat-taly tour” !
Je commence par Turin et Alba !


itinéraire italie
itinéraire “Eat-aly tour”

Jour 1 : Départ / Turin
Jour 2 : Festival Slow Food à Turin
Jour 3 : Alba / visite producteur de noisettes du Piémont
Jour 4 : Gênes / Bocarasse / La Spezia
Jour 5 : Visite des 5 terres : Riomaggiore 
Jour 6 : Visites des 5 terres : Manarola et Vernazza
Jour 7 & 8 : Florence
Jour 9 : Bologne
Jour 10 : Modène / Visite production de vinaigre balsamique
Jour 11 : Visite production de Jambon de Modène / Dégustation vinaigre balsamique
Jour 12 :  Parme / Visite production de parmesan
Jour 13 & 14 : Milan 
Jour 15 & 16 : Lac de Côme
Jour 17 : Retour

☞ (pour en savoir plus, clique sur le jour qui t’intéresse. Les articles sont publiés au fur et à mesure)


Turin

L'église Chiesa di San Massimo, Turin
L’église Chiesa di San Massimo, Turin

Parenthèse historique 

L’histoire de Turin est très lié à la France. Au début du XIXe siècle, la ville était un chef lieu de l’Empire Français. Puis la capitale de la région du Piemont a joué un rôle essentiel dans la réunification des territoires qui ont créé l’Italie après la Révolution Française. Elle a d’ailleurs été la première capitale d’Italie, avant d’être déchue par Florence, qui a elle même perdu le titre en faveur de Rome. Ce qui explique que Turin ressemble tant à ce que l’on connait. Grandes avenues, de très nombreux édifices et une architecture semblable à Paris.

Galleria San Federico, Turin
Galleria San Federico, Turin

Turin : Berceau du Slow Food

slowfood-food-for-change

Le Slow Food a été créé en Italie par Carlo Petrini en 1986. Il s’agit d’un mouvement qui a pour principal objectif de sensibiliser les citoyens à l’écogastronomie et à l’alterconsommation. Une “alimentation bonne, juste et propre” prônée en opposition aux nombreux fast food et aux produits industriels. Aujourd’hui, Slow Food a pris l’ampleur d’un mouvement mondial impliquant des millions de personnes issues de plus de 160 pays.

Tous les deux ans, le mouvement Slow food se réunit lors d’un grand festival à Turin. C’est l’occasion de faire valoir l’association. Mais également de découvrir tous les produits du terroir de la région du Piémont (et plus largement d’Italie).

Slow Food Festival 2018 TURIN
Slow Food Festival 2018 Turin

Les spécialités gastronomiques
de la région du Piemont

   

La région du Piemont est très axée sur la gastronomie et le “bon vivre”. Ici les terres sont riches et productives et la tradition paysanne est conservées. Les spécialités sont nombreuses et très protégées. En voici quelques unes parmi d’autres : Les Gressins / La Truffe / Le chocolat Gianduja / Les noisettes du Piemont / Le bicherin / Le Vermouth…. 
Je ne vous en dévoile pas plus, car il s’agit de mon prochain article !


☞ Bonnes adresses à Turin

    

Salumerie Falchero

Le restaurant se situe face à une petite place où la lumière tamisée donne un coté très intime. Pourtant ici c’est une cuisine familiale et un accueil chaleureux qui vous attendent. Les plats sont à petits prix et sont tous fait maison. Si comme nous, vous venez d’arriver en Italie et que vous avez envie de gouter à tout, c’est clairement votre adresse. 

Salumerie Falchero turin
Désolée pour la photo de nuit 

Seul bémol, il n’y a pas de carte en anglais, aidez vous de Google ou faîtes confiance au serveur !

Primi : 9€ / Secondi : 9€
Salumerie Falchero : Via San Domenico 7 bis A, Turin


Pepino

En 1884, Pepino, un glacier du sud de l’Italie décide de s’installer à Turin. En 1939, il créé le premier esquimau italien (appelé “Pinguino”). Depuis son adresse est une réelle institution. Profitez d’une envie pour une crème glacée au gianduja ou d’un bicherin pour faire un tour dans ce glacier historique.

Esquimau : 3,5€ (2,5€ à emporter), bicherin 6€
Pepino : 8 Piazza Carignano, Turin 

Pepino, Turin
Pepino, Turin

Ristorante Consorzio

Ce restaurant propose une cuisine piémontaise à base de produits frais et présentés de façon élégante sans être prétentieuse. Ici aussi tout est fait maison en respectant la saison. Les plats sont même certifiés par le mouvement Slow Food qui est encore une fois, un gage de qualité et de tradition.

Primi : 12€ / Secondi : 18€ / Menu 5 plats à 35€
Ristorante Consorzio : 23 Via Monte di Pietà, Turin


Alberto Marchetti

J’ai beaucoup aimé Pepino pour le coté traditionnel. Mais mon vrai coup de coeur sucré….. c’est Alberto Marchetti. Ses parfums Fior di latte / Tiramisu / Pistache sont absolument magnifiques. Les produits sont locaux et approuvés par le mouvement Slow food. De plus, la texture mousseuse de la crème glacée est totalement addictif, vous voilà prévenu. 

Gelato Tiramisu, Alberto Marchetti
Gelato Tiramisu, Alberto Marchetti

D’ailleurs si vous maitrisez l’italien, je vous conseille le livre “Avanguardia Gelato” auquel il a participait. La gelati n’aura plus de secret pour vous ! 

3€ les 2 boules
Alberto Marchetti : Corso Vittorio Emanuele II 24/bis, Turin


✈︎ Feuille de route
Nous sommes partis à 2 en voiture.
Lyon – Turin c’est 4h de route.  Péages : 6,8€ + 5€
45€ le tunnel de Frejus. (ou 56€ l’aller retour en moins de 7 jours)
Stationnement payant (1,5€/heure ou 2,5€/heure suivant les zones).
Places gratuites trouvées à l’entrée du parc “Parco Del Valentino”


Alba

Alba est vraiment l’opposé de Turin. C’est une toute petite ville pleine de charme avec de nombreux vestiges de l’époque médiévale. Sa cathédrale, ses petites rues pavés et ses petites places ne vous laisseront pas de marbres.

Alba
Alba

C’est aussi la ville de naissance de Ferrero créé en 1946 et qui y détient encore une de ses usines. C’est à Alba que le groupe torréfie toutes ses fèves de cacao importés en Côte d’Ivoire et au Ghana, puis les transforme en poudre pour les diriger vers les autres sites de fabrication. Lorsqu’on est arrivé à Alba, on avait d’ailleurs senti une forte odeur de cacao dans la ville.

Alba
Alba

Mais la grande particularité d’Alba, c’est la foire à la truffe (Fiera del Tartufo). Chaque année des milliers de visiteurs viennent en octobre pour acheter la truffe blanche d’Alba. Cette truffe connue à international, ne pousse que dans cette région et son prix peut très vite monter. C’est même l’un des produits alimentaires les plus chers au monde.

Si vous passez à Alba avant la foire, en septembre par exemple, vous pourrez vous consoler avec la truffe noire qui remplit déjà tous les étals. 
Si vous passez hors saison de la truffe, ne ratez pas les petites épiceries d’Alba, de nombreuses petites pépites gustatives vous y attendent !

✈︎ Feuille de route : 
Péage de Turin à Alba : 2,80€
Turin – Alba : 1h de route en voiture


☞ Bonne adresse à Alba

Osteria Dell Arco 

Cette Osteria se situe dans une petite place privée, bien loin de l’agitation touristique. Ici on valorise la fraicheur des produits, et le savoir faire local (encore et toujours validé par Slow Food décidément…). Mais surtout, les stars locales : les truffes blanches et noires. 

osteria dell arco alba
osteria dell arco, alba

Primi : 10€ / Secondi : 14€ / Menu : 38€
Osteria Dell Arco : Piazza Savona, 5 , Alba


Voilà pour la première partie de mon Eat-aly Tour !
La suite prochainement …
Et toi ? Es tu déjà allé dans la région du Piémont ? Qu’en as tu pensé ? N’hésite pas à laisser un commentaire pour partager ton expérience ou tes adresses. 

One thought on “Turin et Alba : Eat-aly tour #1

  1. Superbe revue culinaire !
    J’attends avec impatience l’escale florentine…
    C’est vraiment super mega bon l’Italie !
    Biz’

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *